Vous êtes ici

Lectures et méditation - 25°dimanche - 20 septembre 2020 - Année A

« Moi, je suis bon »

Lectures et méditation - 25°dimanche - 20 septembre 2020 - Année A

« Moi, je suis bon »

Depuis plusieurs semaines maintenant, les textes de la messe du dimanche nous laissent percevoir ce qu’est le royaume de Dieu, à la suite du Christ. Et la parabole de l’évangile de ce jour ne peut se comprendre que dans cette dynamique.
Dans l’Ancien Testament, la vigne représente le peuple d’Israël (cf. par exemple Jr 2, 21). Ici pourtant, la vigne désigne une réalité plus vaste, celle du Royaume ouvert à tous et à tout moment. « La bonté du Seigneur est pour tous, sa tendresse, pour toutes ses œuvres », chante le psaume. Et Jésus ajoutera : « Moi, je suis la vraie vigne » (Jn 15,1 ).

Recevoir l'appel du maître du domaine et suivre le Christ permet d’entrer dans le Royaume. Au fond, cette parabole ne parle pas de justice mais de grâce. Les ouvriers de la première heure qui récriminent contre le maître ne sont pas entrés dans la dynamique du Salut, malgré la mise en garde d’Isaïe : « Mes pensées ne sont pas vos pensées, et vos chemins ne sont pas mes chemins, – oracle du Seigneur » (première lecture). Au premier abord, nous partageons la rancœur de ces ouvriers matinaux qui ont travaillé bien plus longtemps que les derniers arrivés. Mais notre étonnement ne devrait-il pas plutôt porter sur leur incapacité à se réjouir de ce que le plus grand nombre ait été appelé, y compris jusqu’aux dernières heures du jour ? Les ouvriers qui s’estiment plus méritants que les autres voudraient avoir la meilleure part. Voilà justement l’attitude que dénonce Jésus. Dans le même esprit, un peu plus loin dans l’évangile de Matthieu, Jésus dit à ses disciples : « Celui qui veut être parmi vous le premier sera votre esclave » (Mt 20, 27).

Dans le plan du salut voulu par Dieu pour les hommes, il n’est pas question de mérites personnels évalués en nombre d’heures de travail. Pour être embauché à la vigne, appelé au Royaume, il faut accepter d’accueillir l'amour infini de Dieu. « Mon ami », dit Jésus à l’un des premiers embauchés, comme il dit à ses disciples : « Je ne vous appelle plus serviteurs ; je vous appelle mes amis » (Jn 15,15).
« Moi, je suis bon », dit le maître à la fin de la parabole. Dieu est juste, car il est bon. Ce qui peut passer à nos yeux pour l'injustice de Dieu, c’est tout simplement sa miséricorde : cet amour immense que nous recevons dans le corps du Christ donné en nourriture, pour la vie du monde.

Tiré du missel des dimanches

 

Horaires de messes

Mercredi 23 septembre - 18:00 Eglise Saint-Barthélémy de Gérardmer
Vendredi 25 septembre - 18:00 Eglise Saint-Barthélémy de Gérardmer
Samedi 26 septembre - 18:00 Eglise Saint-Barthélémy de Gérardmer
Dimanche 27 septembre - 10:00 Eglise Saint-Joseph de Le Tholy
Dimanche 27 septembre - 10:30 Eglise Saint-Barthélémy de Gérardmer
Mardi 29 septembre - 18:00 Eglise Saint-Barthélémy de Gérardmer
Mercredi 30 septembre - 18:00 Eglise Saint-Barthélémy de Gérardmer

Nos Paroisses