Vous êtes ici

Lectures et méditation 19° dimanche - 9 août 2020 - Année A

« N’ayez plus peur ! »

Lectures et méditation 19° dimanche - 9 août 2020 - Année A

« N’ayez plus peur ! »


Menacé par la reine Jézabel, le prophète Élie se hâte de partir pour sauver sa vie. Après avoir marché quarante jours et quarante nuits jusqu’à l’Horeb, la montagne de Dieu, il lui est donné de rencontrer Dieu, de vivre une théophanie (première lecture). Cette rencontre donne une nouvelle dimension à la confession de foi du peuple d’Israël au Dieu unique. À l’opposé des croyances polythéistes de l’époque qui attribuaient aux dieux des réactions bassement humaines (la colère, la vengeance, la punition…) cause des catastrophes naturelles, le Seigneur se révèle dans ce qui est invisible, presque imperceptible. Dieu n’est pas ostentatoire : il faut savoir se mettre à son écoute pour entendre « le murmure d’une brise légère ». Alors, « le Seigneur donnera ses bien¬faits » (psaume).

Dans l'évangile, Jésus se sépare de ses disciples pour être seul avec son Père, sur la montagne, le lieu de la rencontre privilégié avec Dieu dans la tradition biblique. Sur les eaux, il n’est pas question d’une brise légère, mais d’un vent contraire. L’évangéliste Matthieu s'intéresse d'abord à la barque elle-même, qui est l’image de l'Église. Elle est battue par les vagues, le Seigneur semble l'avoir abandonnée. À la fin de la nuit, une nouvelle aube se prépare. En marchant sur la mer, Jésus domine le mal et la mort. Il «vint», dit le texte; la même expression sera reprise par Jean au moment où Jésus vient apporter la paix à ses disciples, tétanisés par la peur à cause de sa crucifixion (cf. Jn 20,19). Comme à Pâques, les disciples sont bouleversés et croient voir un fantôme (cf. Le 24, 37-39). Jésus répond : « C’est moi », ce qui pourrait aussi se traduire par « Je suis ».

Pierre exprime alors un certain doute : « Seigneur, si c’est bien toi… ». Pourtant, à la manière du psalmiste (cf. ps 87), il continue de s’adresser à son Seigneur et sa prière est exaucée : il est sauvé. Dans la barque, la présence de Jésus calme la tempête. Le récit se termine par une adoration au cours de laquelle les Apôtres confessent leur foi au Fils de Dieu.
Rendant grâce à chaque eucharistie pour la victoire de Jésus sur la mort, le chrétien tend la main vers son frère qui crie au Christ : « Seigneur, sauve-moi ! »

Tiré du missel des dimanches.

 

Horaires de messes

Mercredi 23 septembre - 18:00 Eglise Saint-Barthélémy de Gérardmer
Vendredi 25 septembre - 18:00 Eglise Saint-Barthélémy de Gérardmer
Samedi 26 septembre - 18:00 Eglise Saint-Barthélémy de Gérardmer
Dimanche 27 septembre - 10:00 Eglise Saint-Joseph de Le Tholy
Dimanche 27 septembre - 10:30 Eglise Saint-Barthélémy de Gérardmer
Mardi 29 septembre - 18:00 Eglise Saint-Barthélémy de Gérardmer
Mercredi 30 septembre - 18:00 Eglise Saint-Barthélémy de Gérardmer

Nos Paroisses